2 novembre 2017
Le manager de demain

Le manager de demain

Le manager de demain : homme de ménage et maitresse de maison ?

Publié le 23 octobre 2017

✔️ Jean-Christophe Thibaud, coach certifié HEC Paris

? « Intégrer les émotions en entreprise » 26 janvier 2018 ?

Il y-a dix ans, une étude de BPI affirmait qu’un salarié français sur deux trouvait son supérieur mou et incompétent… La même étude expliquait qu’un français sur deux ne suivait pas les directives de son supérieur. En 2014, dans une étude de l’IFOP, 53% des personnes interrogées mettaient en avant que leur travail n’était pas reconnu à sa juste valeur dans l’entreprise.

En 2017, plusieurs études laissent penser que nous n’avons pas beaucoup progresser. Pour KANTAR TNS, si 86% des managers se déclarent très engagés dans le projet des entreprises, seulement 59% de leurs collaborateurs partagent cet engagement. Lorsque 94% des managers estiment être de bon managers, 36% de leurs collaborateurs ne sont pas de cet avis. Dans le “Baromètre National du Bonheur” (vaste programme…) publié par “La Fabrique Spinoza”, les salaries français interrogés accordent une note moyenne de 5,3/10 concernant leur satisfaction au travail. Enfin, dans un sondage “Opinion Way- J’aime ma boîte- Privateaser”, 68% des personnes interrogées désirent plus de reconnaissance de la part de leur employeur…

Et si, pour changer les comportements il fallait simplement se souvenir de la racine du mot « manager » ? Comme le disait un de mes vieux professeurs de français : « avant de te lancer dans des explications sur un mot, va donc voir sa racine latine… ». Du latin « manere », demeurer, séjourner, puis « maneir », « maisnie », maison, famille, puis administration domestique… Donc « maison », « ménage », « ménagé », ont les mêmes origines que « manager »… Le manager ne serait-il pas tout bonnement celui ou celle qui cumule les capacités pour tenir un intérieur, les qualités pour que ceux qui habitent cet intérieur aient envie d’y demeurer pour travailler à la construction et au développement de la maison ?

Dans un article précédent, « Management : le pire n’est pas forcément à venir », nous avons attiré l’attention sur les nouvelles donnes du management, de l’IA (Intelligence Artificielle) aux neurosciences. Certaines tâches disparaîtront, d’autres seront automatisées, les missions du manager pourraient se vider de leur sens…

A un risque de déshumanisation de l’entreprise on peut opposer de nouvelles compétences « douces », propres à la gestion de la « maisnie ». Cet endroit chaleureux donne du sens à la vie du groupe : famille recomposée, couples divorcés qui se sont retrouvés, fratrie et ses géniteurs, personnes pacsées…

A l’image de cette maison, l’entreprise peut devenir le lieu où des humains aux intérêts divergents se retrouvent pour former une cellule aux intérêts convergents. Ce groupe d’hommes et de femmes verra ses liens soudés par l’action du maitre ou de la maitresse de maison, le manager. Ce dernier par la vertu de ses qualités établira des liens durables ou conjoncturels (projet) entre tous ces habitants de passage.

Dans le modèle de “l’entreprise libérée” le manager est un peu cette maitresse de maison. Il construit un “foyer” éphémère pour une équipe éphémère. Il y a fort à parier que ce rôle se généralise à toutes les entreprises dans la décennie à venir. Le bien-être au travail est constitué de quatre axes majeurs : la relation à soi-même, la relation au travail (est-ce que ce que je fais a du sens ?), la relation aux managers et la relation aux autres. N’est-ce pas par des qualités d’accueil, d’empathie, d’accompagnement, de partage… que l’on peut susciter et coordonner ces quatre relations ? N’est-ce pas aussi à l’aune de ces “soft skills” que nos amis et relations mesurent notre capacité à leur ouvrir notre “maisnie” ?

Retrouvez tous nos articles sur http://www.breakfastcoaching.fr/

Et, comme d’habitude, si vous voulez plus d’informations sur nos séminaires, formations, petits-déjeuners, accompagnement, contactez-nous :

François Debly 06 13 50 79 69/ francois.debly@5d-coaching.com

ou Jean-Christophe Thibaud 06 84 95 87 34/ jcthibaud@lectia.fr