Historique

580693-le-temps-qui-passe

Nos premiers travaux sur « l’investissement immatériel dans les PME- PMI » ont été publiés en 2001. A l’époque il s’agissait d’une première car ce thème était considéré d’avant garde et cette publication constituait un point complet sur le domaine de l’immatériel, son importance, sa valeur.

Aujourd’hui notre démarche s’est renforcée par une expérience auprès de plus de 500 PME- PMI d’Aquitaine : mise au point d’un diagnostique (Capital IMmatériel des Entreprises), renforcement de notre méthodologie d’intervention, apport des sciences cognitives et des ouvrages autour de l’intelligence émotionnelle et des pratiques managériales, interdisciplinarité des consultants intervenant auprès des chefs d’entreprise. Tout cela a conduit à une maitrise des interventions pour le plus grand bénéfice des Dirigeants de PME-PMI.

A l’origine de cette démarche volontariste on trouve le groupe Elf Aquitaine qui, en 1979, confie à l’un de ses cadres, Elias Agouri, une mission d’aide au développement des PME environnantes en prévision de la décroissance prévisible du gisement de Lacq. Ce sont des missions d’intervention ciblées sur des projets d’appui technologique. En 1984 les besoins identifies des PMI étaient notamment orientés  vers des automatismes, d’où la création de l’association Adour Automatismes qui, en 1994, fusionne avec une autre association, ASDIPPE, spécialisée dans les ressources humaines pour donner naissance à l’association Adour Compétitivité.

Dés le début des années 2000 nous avons pris conscience qu’il fallait de plus en plus sensibiliser les patrons de PME – PMI à l’importance d’un investissement immatériel, c’est à dire faire évoluer les compétences, connaissances, savoir-faire et surtout savoir être de l’ensemble des salariés pour aider l’entreprise à grandir. A la base de notre méthodologie il y a l’écoute, bienveillante et approfondie du (des) dirigeant (s) pour appréhender l’entreprise et connaître sa problématique. L’utilisation de l’outil CIME permet en deux fois deux heures avec le dirigeant d’identifier sa stratégie, ses objectifs, les forces faiblesses, menaces, opportunités, risques de l’entreprise et de dégager, dans un deuxième temps, les axes principaux d’un plan d’action de progrès sur trois ans, l’évaluation du capital immatériel de l’entreprise et le positionnement managérial de son dirigeant.

Cette durée de trois ans qui peut paraître longue au regard des besoins immédiats du chef d’entreprise permet d’inscrire le changement dans la durée. En effet les résultats attendus s’inscrivent dans le temps et dans un apprentissage car le travail se fait autour de la vision, des pratiques managériales, de l’organisation, du rôle du chef d’entreprise et de l’ancrage des « bonnes » pratiques.

Au global quelques idées forces que nous retirions quant au développement du capital immatériel dans les PME – PMI :

  • L’établissement d’une relation de confiance entre le dirigeant et le consultant
  • L’adhésion du dirigeant aux recommandations établies par le diagnostic :CIME et au plan d’action proposé
  • La gestion du temps pour réellement conduire le changement tant auprès du dirigeant lui même qu’a son équipe de direction
  • La transparence, tant au niveau des idées proposées que des outils utilisés

Forte de cette expérience et pour mieux orienter les actions vers les dirigeants, l’association IDESO ( Initiative des Dirigeants d’Entreprises du Sud Ouest) a pris en 2012 le relais d’Adour Compétitivité pour mieux les accompagner dans leur métier de Manager/leader.   La complexité croissante du métier de dirigeant d’entreprise (mais aussi de toute organisation) donne une actualité toute particulière à l’investissement immatériel, source de forte valeur ajoutée pour la conduite d’une entreprise.

Témoignage

« L’immatériel est la plus forte source de valeur ajoutée pour une PME »

Le propos sonne comme une évidence sur les lèvres d’André Berrogain. L’ancien dirigeant d’EMAC, entreprise basque spécialisée dans le travail du caoutchoucs et des polymères, est convaincu que l’approche sur l’immatériel l’a aidé à de multiples reprises.

De sa reprise d’entreprise à son développement jusqu’à sa transmission…. L’immatériel a été synonyme de réussite. Une approche qu’il ne manque pas de partager.