Ou en est-on ?

Mais, si la technologie est toujours omniprésente, l’entrée de l’entreprise dans l’âge de l’immatériel ne va pas sans heurts
`` Il est parfois instructif de comparer une société à un arbre. Le tronc, les branches et les feuilles, les parties visibles de l’arbre, correspondent à l’entreprise telle que le marché la perçoit, ce dont rend compte la logique comptable. Les fruits de l’arbre sont les profits de l’entreprise, récoltés par les investisseurs et consommés par les clients.``
Cela a toujours existé mais l’immatériel de l'imaginaire est entré dans le champ économique et s’est fortement développé à partir du milieu des années 1950 quand, avec la « réclame », les entreprises ont commencé à promouvoir leurs produits en mettant en avant autre chose que les caractères fonctionnels de ces produits.
Lui aussi à été démultiplié par la révolution des TIC. A partir des années 1980, celui-ci se traduit pour tous les acteurs économiques par un abaissement des coûts de communication et de coordination grâce aux nouveaux systèmes d’information interconnectés et à une industrialisation massive des processus de traitement de données.
Un élément essentiel de la stratégie
Près de la moitié des groupes ou des sociétés n’appartenant pas à un groupe ont mis en place une gestion explicite d’au moins une composante immatérielle de leur activité : la communication, l’innovation, la recherche-développement (R & D) ou la protection de la propriété intellectuelle.