Une démarche innovante pour les transmissions d'entreprise

A partir de la détermination de la valeur du Capital Immatériel d’une entreprise il a été possible de développer un processus innovant pour favoriser et faciliter la transmission des entreprises familiales dont le dirigeant avait atteint l’âge de la retraite ou en était proche.

La place incontournable des résultats financiers chez les dirigeants de PME a induit qu’une entreprise est souvent évaluée au regard de ses bilans et de ses projections d’activité. C’est là oublier ou sous-évaluer toute la « richesse » de l’entreprise qui ne se lit pas dans les états financiers et qui est pourtant essentielle pour la pérennité ainsi que pour la création de valeur de toute entreprise : on peut bien évidemment citer ses ressources humaines, son organisation,  ses savoir-faire, la fidélité de ses clients, sa capacité de développement,… en somme, son patrimoine immatériel.

Dès lors, la notion de capital immatériel est essentielle dans l’approche de l’entreprise que fait un repreneur potentiel puis pour combler le fossé qui, traditionnellement, sépare les positions respectives du cédant et du cessionnaire.

plan2
QUIZ_Le-chiffre1_3589

Le processus de transmission

Après une prise de contact, qu’elle soit le fait du cédant et de ses conseillers ou du repreneur et des propres conseils, les parties sont très vite conduites à échanger des informations et des documents dans le cadre d’un accord réciproque de confidentialité.

Sur la foi de ces éléments et de sa propre connaissance du secteur d’activité et de la position concurrentielle de l’entreprise à acquérir, le repreneur va bâtir un plan d’affaires, évaluer une fourchette possible de la valeur de la transaction financière, préparer une lettre d’intention et  commencer à réfléchir à son plan de financement.

Prenant en compte les caractères dominants et parfois spécifiques des entreprises régionales, IDESO a depuis plusieurs années adapté ce processus et formalisé une démarche nouvelle qui vise à faciliter la transaction et assurer la pérennité de l’entreprise reprise.

Par cette démarche innovante, IDESO  a réalisé 80 cessions au cours de ces dix dernières années. Cette démarche respectueuse des intérêts de chacune des parties a prouvé son efficacité puisque qu’aucune cessation d’activité des entreprises accompagnées ne s’est produite, résultat remarquable dans l’environnement économique actuel.

512px-Number_2_in_light_blue_rounded_square.svg

Les biais de la démarche

Ce processus est pourtant frappé d’un vice inné, celui de l’inégalité de l’accès à la l’information entre les parties, qui engendre nombre d’incompréhensions, de frustrations et de gouffres de valorisation entre eux.

Bien souvent, le cédant approprie son entreprise d’une « valeur sentimentale » bien supérieure à celle calculée par les experts sur la base des données rationnelles qu’ils ont en leur possession. D’ailleurs, l’argumentation est qu’on achète l’entreprise aujourd’hui et non pas ce qu’elle deviendra grâce au repreneur.

Certes, l’argument est judicieux mais il omet que les fondements du futur ont déjà été posés et que la moisson prochaine résultera des graines immatérielles semées par le cédant. En effet, qu’est donc l’immatériel si ce ne sont ces éléments intangibles qui transforment des investissements en succès d’entreprise ?

QUIZ_Le-chiffre-3_9824

Comment l'immatériel impacte la transmission

Une évaluation de l’immatériel préalablement à l’officialisation de la démarche de cession nous semble préférable. En réalité, le dossier aura démontré au dirigeant de PME l’intérêt non seulement d’investir dans l’immatériel mais de renforcer son capital  au cours de la durée de vie de son entreprise.

Cette analyse du Capital Immatériel va ouvrir le dialogue avec le cessionnaire non plus sur des aspects financiers mais sur les dimensions essentielles de l’entreprise, en particulier sur son capital humain , Organisationnel, industriel et son capital client.

Cela réduira d’autant l’inégalité de l’accès à la  connaissance de l’entreprise et permettra une estimation sur les axes d’amélioration  du devenir de l’entreprise. L’évaluation du Capital Immatériel de l’entreprise est à prendre en compte dans la session de celle-ci , en comparant des méthodes de valorisation financière et comptable.

Ce dialogue nouveau entre chaque parties permet de rationaliser la valeur de l’entreprise, de partager des notions qualitatives et non plus exclusivement quantitatives et repositionne la discussion sur les fondamentaux de l’entreprise.

Cette approche multidimensionnelle ( matériel, financier, immatériel) de la cession d’une entreprise offre une évaluation plus complète et plus riche’ aux deux parties

Les témoignages

Alain Zachar

BLANC-OLIBET - Beaudreix (64)

En 2001, je suis devenu le dirigeant salarié de l’entreprise textile Blancq-Olibet. Cette entreprise presque bicentenaire disposait d’une histoire forte (fournisseur de l’équipe de France , détentrice de marques connues) mais commençait à s’essouffler. Depuis ma rencontre avec Adour Compétitivité , l’immatériel était devenu pour moi une pierre essentielle de la stratégie de l’entreprise, j’ai ainsi pleinement pris conscience du potentiel immatériel de l’entreprise et d’une nouvelle approche de valorisation.

En 2013, mon évolution familiale m’a incité à préparer la cession de l’entreprise. Il est indéniable que chacun des acquéreurs a été particulièrement sensibles à la méthodologie d’IDESO relative à la valorisation de l’immatériel qui a permis de valoriser au mieux ces activités dans un secteur textile particulièrement sinistré. L’histoire, le patrimoine industriel, les marques, la reconnaissance des savoir-faire ont été autant d’éléments essentiels qui m’ont permis de mettre fin sereinement à une aventure personnelle de quatorze  années et d’assurer la pérennité des activités cédées.

En résumé cette démarche innovante a permis de valoriser au mieux les deux branches d’activité qui ont été cédées et ainsi de pérenniser les activités sur le territoire.

André Berrogain

EMAC – Mauléon (64)

EMAC  leader français d’élastoméres a été transmis en 2006. J’ai acquis cette société en 1999, après une période d’investissement dans le matériel et le recrutement d’un Directeur de site, nous nous sommes rapprochés d’Adour Compétitivité (aujourd’hui IDESO) pour nous aider dans la cession de l’entreprise. A partir des 3 scénarios proposés par le consultant d’Adour Compétivité: cession à un groupe industriel, cession à des salariés, solution mixte externe – interne, nous avons opté pour la seconde option en privilégiant la valeur du capital immatériel mis en exergue par le consultant; en effet cette solution donne la meilleure garantie pour la pérennite de l’entreprise.

L’apport d’Adour Compétitivité a permis de conduire cette opération en respectant la culture de l’entreprise, son savoir faire, et en bénéficiant d’une expertise tant dans le domaine financier que immatériel. Je conseille à tout chef d’entreprise qui cède son activité de s’entourer d’une societé de conseil comme Adour Compétivité qui sait accompagner le dirigeant dans cette phase délicate.

Franck et Soraya Baillon

Mecaprecis – Bordes (64)

En 2008 nous nous sommes rapprochés d’Adour Compétitivité pour nous accompagner dans cette phase d’acquisition et dans les premières années. L’expertise des consultants d’IDESO complémentaires à nos propres connaissances a été indispensable pour éviter de nombreux écueils liés à l’environnement immatériel de l’entreprise: fournisseurs, clients, ressources humaines, méthode de management, plan stratégique. En dépit de la violence de la crise qui a affecté la bonne marche de l’entreprise, celle ci aujourd’hui continue de se développer avec de nouveaux outils de management plus adaptés au contexte actuel. Adour Compétitivité a été essentiel dans ces périodes de transition en apportant des conseils de haut niveau, décisifs pour la conduite des opérations.